NPA Bourgogne Franche-Comté
  • Agression islamophobe au Conseil Régional de Bourgogne-Franche Comté : républicain ou frontiste, le racisme c’est non !

    Le vendredi 11 octobre, madame Fatima E. accompagne une classe lors d’une visite de séance au Conseil Régional de Bourgogne-Franche Comté. Elle est violemment interpellée par le groupe du Rassemblement National via son président Julien Odoul qui lui reproche de porter le voile. Sous le regard terrorisé de la classe et les larmes de son propre enfant, elle est contrainte de quitter la salle sous la pression raciste, avant d’essuyer une autre invective haineuse sur le chemin des toilettes de la part d’une élue RN.
    Cette violence raciste envers une femme et son enfant au nom d’une laïcité dévoyée est intolérable. Si on ne peut s’étonner de la violence d’un parti raciste, c’est bien un contexte politique général d’une islamophobie décomplexée depuis plusieurs années chez les partis « républicains » et dans les médias qui a permis cette agression.

    Comment ne pas rapprocher cet événement de la prise de position du ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer sur l’interdiction du port du voile lors des sorties scolaires en septembre ? On peut également citer le discours du président Macron qui appelle à « une société de vigilance » qui ouvre la voie dans les faits à une politique de délation généralisée vis-à-vis des musulmanEs. Avec ces politiques le champ est libre pour des actes racistes. Des témoignages de stigmatisations dans les administrations, au lycée et à l’université se multiplient et s’accélèrent. Parallèlement, les migrants sont pourchassés par les préfectures et subissent la même politique de délation, de soupçon permanent dans le même système discriminatoire et autoritaire. Ce n’est pas seulement le Rassemblement National qui fait sauter les verrous du racisme mois après mois.

    On ne peut également pas faire l’économie d’un antifascisme résolument féministe : c’est bien en sa qualité de femme, contre sa liberté de disposer librement de son corps que Fatima E. a été agressée. Cette violence contre les femmes s’exprime aussi bien dans cet acte raciste que dans la précarité économique imposée aux femmes ou l’opposition à la PMA, un des moteurs de l’extrême-droite française actuellement.

    Dans une période où les attentats d’extrême-droite se multiplient sur la planète et portent en eux des projets d’épuration ethnique avec la théorie du « grand remplacement », nous devons continuer à dénoncer l’emprise politique des fascistes dans notre société. Il est nécessaire d’enclencher une riposte politique unitaire des associations, partis, syndicats et de toutes celles et ceux qui luttent conte l’islamophobie et le racisme sous toutes ses formes.

    Soutien à Fatima.E et toutes les victimes de l’islamophobie, de l’antisémitisme, de toutes les formes de racisme et de discriminations !