NPA Bourgogne Franche-Comté
  • 1er mai 2020 : ils ne confineront pas notre rage contre le capitalisme !

    A l’échelle planétaire, les capitalistes et leurs représentants s’appuient sur la crise sanitaire pour intensifier leur offensive tous azimuts, déjà bien engagée depuis des décennies, contre les exploité-e-s, les opprimé-es, au profit de la minorité qui détruit nos vies ! La crise sanitaire amplifie les inégalités, qu’elles soient de classe, de genre, envers les migrant-e-s, comme toutes les discriminations. Dans de nombreux pays, le système de santé et de protection sociale est absent ou affaibli et laisse des millions de personnes sans soins. États et banques renflouent les multinationales, mais ne prennent aucune mesure concrète et immédiate pour les plus pauvres. En revanche, ce qu’on voit, c’est la répression sous diverses formes contre les « contrevenants » au confinement. Dans les bidonvilles, les quartiers pauvres, à la rue, on paye le prix fort, la faim s’installe. Les femmes, invisibilisées et exploitées, sont de plus en plus « les premières de cordée », pour les soins aux personnes âgées et aux enfants comme au travail, toujours plus précaires. Prisons, centres de rétention, camps de migrantEs : c’est le drame. En ce premier mai de luttes internationales, en Syrie et en Palestine, la crise sanitaire vient s’ajouter aux guerres, à l’occupation et à l’annexion. Les frontières tuent : régulariser les sans-papiers est une urgence absolue. Prenons garde à l’explosion du racisme, anti-musulman en Inde, en Birmanie, tout comme en France... Attention aux poussées de paranoïa désignant des bouc-émissaires, personnel soignant ici, rescapée du covid 19 là, soupçonné⋅es de propager la mort. Cela passe par les réseaux sociaux mais aussi entre voisin⋅es.
    Changer le système !
    La crise actuelle met en lumière l’incurie des « démocraties bourgeoises ». Aux USA, Trump joue les médecins imaginaires et veut tester l’injection de désinfectant dans les poumons ! Au Brésil, Bolsonaro limoge son ministre qui écoute les consignes de l’OMS. Et en France, Jupiter annonce l’inutilité du masque pour la population lambda, puis commence le déconfinement en envoyant d’abord au front scolaire les personnels et les plus jeunes enfants, maternelles et primaire, comme par hasard, pour que les parents aillent se faire exploiter ! À nous de reprendre en mains nos vies en affirmant plus que jamais que « nos vies valent plus que leurs profits » , en étant, selon nos possibilités, visibles dès le 1er mai.

    Lien vers une tribune unitaire nationale :
    1er mai : pas de confinement pour nos revendications !