NPA Bourgogne Franche-Comté
  • UNE HISTOIRE DE SERVITUDE

    7 août 2020

    Autrefois, l’alliance du sabre et du goupillon contribuait à maintenir l’ordre social, l’Armée pour la coercition et l’Eglise pour la persuasion, le tout au service des féodaux, rois et empereurs d’alors. Aujourd’hui, ces deux entités se sont fait chez nous plus discrètes en se soumettant de gré ou de force à la République. Mais cette dernière, fruit d’un compromis entre les prolétaires et la Bourgeoisie, a vite vu cette dernière la modeler à sa guise. Les lois républicaines ne sont qu’un paravent qui masque mal le vrai nouveau maître, le marché sans entraves.
    Pour arriver à ses fins, ce nouveau féodal utilise toujours coercition et persuasion, carotte et bâton. La coercition, ce sont ces multiples forces de police qui gazent et mutilent à tout-va les manifestants, c’est la Justice en comparution directe et ses prisons surpeuplées – avec bien sûr toujours l’armée en dernier recours. Pour la persuasion, nous avons en pointe les médias dominants bien aidés par les responsables des diverses institutions économiques et sociétales qui encadrent les populations : Education Nationale, chambres consulaires diverses, syndicats, fédérations sportives, associations culturelles ou caritatives... Et bien sûr aussi la plupart des partis politiques.
    Tous ces représentants de la persuasion nous disent quoi, au fond ? Deux choses : « Inutile d’envisager d’autres choix de société, il faut faire avec le marché et le capitalisme ». Et aussi : « Restez chez vous, sauf pour voter, on s’occupe du reste ». Venant des politiques, ce discours fataliste est normal pour ceux de droite car c’est leur philosophie affichée. Venant d’une partie de ceux de gauche, c’est plus dommageable car les citoyens qui croient leurs discours prônant un changement (cosmétique) se font leurrer. Au gré des alternances, on s’aperçoit en fait d’une complémentarité Droite/Gauche de gouvernement, la Droite proposant plutôt la coercition (style cogneur à la Sarkozy) et une telle Gauche la persuasion (style doucereux à la Jospin ou Hollande). Pour venir piquer l’argent des citoyens, la Droite défonce la porte à coup de massue tandis que la Gauche d’accompagnement demande poliment à entrer, baratine le locataire et fait discrètement main basse sur sa cassette. Les deux donnent le produit de leur larcin au capital.
    Cette situation s’est illustrée notamment lors des dernières municipales à Saint-Claude (Haut-Jura). Il y eut une liste de droite, une liste de gauche et une liste socialisante ouverte jusqu’aux macronistes. La liste de droite certes ici lutte contre les fermetures de certains services de l’hôpital mais tout en défendant par ailleurs les logiques économiques qui mènent à ces fermetures. La liste Macron-compatible annonçait qu’elle ne défendrait pas mordicus les services supprimés. Un de ses soutiens affirma même dans une tribune d’un hebdo local qu’il ne fallait pas se crisper là-dessus mais passer à autre chose, regarder vers l’avenir... Avenir nébuleux, discours nébuleux qui fait presque penser à ces prélats consolant les pauvres victimes d’injustice en leur promettant réparation dans l’au-delà.
    Et c’est ainsi que, aujourd’hui encore, des gens qui n’y ont pas intérêt soutiennent et votent pour des gens qui, lorsqu’ils sont élus, leur font les poches. Beaucoup de ceux ainsi floués font malheureusement depuis prospérer les populistes. Mais à ce jeu de dupes entre libéraux de gauche ou de droite et droite populiste, la gauche authentique, révolutionnaire pour notre part, a tendance à disparaître du champ politique ces dernières années. Peut-être resurgira-t-elle avec la nouvelle crise actuelle du capitalisme. Et si le bon score de la liste Poutou à Bordeaux la bourgeoise était un des signes d’un regain de combativité de notre camp social ?

    AL
    juin 2020