{{ {env}}}
NPA Bourgogne Franche-Comté
  • Mobilisation réussie pour défendre Dominique Henri

    8 février 2017

    Le 12 janvier à Montbéliard :

    Mobilisation réussie pour défendre Dominique Henri, militante de la Confédération Paysanne, passant en correctionnelle pour avoir refusé de donner son ADN alors qu’elle était en garde à vue, suite à l’action menée contre la ferme des 1000 vaches en 2014.

    La Confédération paysanne et le comité de soutien à Dominique (CGT, FSU, Solidaires, Uniterres (syndicat paysan suisse lié à la conf), EELV, Ensemble, NPA, PdG, PCF, Alternatiba, etc.) avaient décidé de transformer cette journée en forums, débats sur le fichage des militants, l’industrialisation de l’agriculture.

    Devant 300 personnes, Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne a apporté son entier soutien à Dominique. Le combat contre la ferme des 1000 vaches est un combat qu’on n’a pas lâché et qu’on ne lâchera pas, affirme-t-il. Ces fermes industrielles super-subventionnées, ont-elles comme but de nourrir toute la population comme l’affirme Le Foll ? Foutaises ! Elles ne servent qu’à enrichir les multinationales et à détruire nos vies et notre environnement. On est dans la déraison complète. L’alimentation est un bien commun, non une production industrielle ! Plutôt que d’empoisonner les pauvres, rendons accessibles à tous les produits de qualité.

    Dominique, elle, explique pourquoi elle a refusé un prélèvement ADN (on a, notons-le, prélevé l’ADN de ses coinculpés à leur insu). Les ADN prélevés sont conservés pendant 40 ans, véritable danger que cette globalisation des données. Qui sait de quoi sera fait l’avenir ? Chacun a, en mémoire, les conséquences du fichage des Tsiganes, des communistes, des Juifs avant guerre. Et qui est fiché ? Les délinquants financiers ? Que non ! Ceux-ci ne sont pas tenus à donner leur ADN, par contre au même titre que les criminels, les syndicalistes le sont. Qui peut nier qu’il y a une volonté politique de s’en prendre à tout contestataire de façon à les isoler et créer parmi la population une crainte devant toute résistance ? Pierre Darlu, généticien et chercheur est venu confirmer les analyses de Dominique.

    Et pour le plaisir de tous, l’intervention de Charles Piaget, figure emblématique de la lutte des Lip « Toutes les luttes ont des points communs. Toute contestation est criminalisée. Toutes nos luttes posent les critiques essentielles de cette société. Individuellement nous ne sommes pas des héros mais c’est le collectif qui est imaginatif et créateur » Les interventions qui suivirent furent tout aussi intéressantes, Bruno Lemerle pour l’UD et l’UL CGT, le camarade suisse d’Uniterres, etc.

    C’est en joyeuse manifestation qu’on accompagna Dominique au tribunal.

    Il faut noter que le procureur avoue s’être trompé en convoquant Dominique pour faute. En Cour d’appel d’Amiens, les quatre paysans inculpés pour le démantèlement de la salle de traite de la ferme des 1000 vaches ont été relaxés, étant considérés comme lanceurs d’alerte ; et Dominique pour refus de prélèvement ADN a été condamnée à une amende de 300 euros. Qu’à cela ne tienne, comme la loi l’y autorise, le refus de prélèvement ADN peut être poursuivi de façon préventive. Donc Dominique passe au tribunal pour prévenir… toute action répréhensible ! N’est-elle pas une criminelle en puissance ? Le procureur a demandé 1000 euros d’amende.

    M-A.D