{{ {env}}}
NPA Bourgogne Franche-Comté
  • Mais où va le PC de Besançon ?

    6 juin 2016

    Dans un communique du 26 avril, la section bisontine du Parti communiste s’interroge : Mais où va Monsieur le maire ?! Quelques jours avant, Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, annonçait rejoindre le mouvement d’Emmanuel Macron…

    En effet, pour le PC qui a fait liste commune dès le premier tour avec le PS emmené par Jean-Louis Fousseret, la nouvelle doit avoir du mal à passer : Comment œuvrer à construire la mobilisation contre la loi travail si chère à Macron et dans le même temps être dans la majorité municipale avec ses soutiens ?

    À la gauche du PS, le débat sur la participation aux majorités socialistes est un grand classique, et constitue souvent une source de division. Le PC a souvent fait le choix de la participation, et ici à Besançon, le choix a même été fait de faire liste commune dès le premier tour. Du côté des révolutionnaires, le choix est en général l’inverse : pour une indépendance totale avec ceux qui aspirent à gérer les institutions dites bourgeoises. Le débat existe, les divergences sont connues, les arguments et contre-arguments aussi. Soit.

    Mais ce débat n’est pas un débat purement théorique. Il doit se mener en fonction du contexte politique et social, du rapport de force, de l’état des différentes forces en présence… Aujourd’hui, le PS au gouvernement mène une politique antisociale que même la droite n’aurait pas espéré mener. Il conduit dans le même temps une politique répressive contre les forces sociales et progressistes comme Pasqua en aurait rêvé. Il s’assied sur la démocratie en instaurant l’état d’urgence et en usant du 49-3...

    Lorsque, localement, la politique municipale ne constitue en rien un rempart contre ses attaques, mais tente de s’accommoder des politiques d’austérité et de baisse des dotations, on doit se poser autrement la question de la participation à la majorité municipale.

    La volonté du PC, dans son alliance avec le PS, était de « pousser » celui-ci à gauche… Il n’est pas besoin d’être grand analyste politique pour savoir que Monsieur Fousseret ne brille pas par son penchant social, ses qualités d’écoute ou sa sensibilité humaniste. Il suffit d’observer quelques séances du conseil municipal pour s’en assurer (visible sur internet) et d’observer son attitude pleine de dédain lors des interventions de ses partenaires communistes.

    Alors quand le maire annonce publiquement son soutien à la politique que l’on dénonce nationalement, alors là, il n’y a plus de question à se poser : Il faut reconnaître l’échec de sa politique et partir !

    J.M.