NPA Bourgogne Franche-Comté
  • L’hôpital ne doit pas être une entreprise

    Le fils d’un patient âgé, hospitalisé en gériatrie au CHRU de Besançon, a dénoncé dans l’Est républicain les conditions d’accueil de son père : 32 °C dans la chambre, un drap accroché à la fenêtre en guise de rideau… Il ne remet pas en cause l’investissement des équipes, mais constate le peu de moyens consacrés au bien-être des patients.

    Le problème est bien posé.

    La politique de la ministre de la Santé est de réaliser trois milliards d’économies sur le fonctionnement des hôpitaux en trois ans, ce qui, entre autres, va conduire à la suppression de 22 000 postes sur la même période avec des regroupements hospitaliers.

    Les conséquences de cet étranglement budgétaire sont déjà bien identifiées dans les hôpitaux publics : les directions demandent au personnel de « réviser à la baisse leur idéal de soins », phrase entendue au CHRU de Besançon ou estiment que « le travail est parfois trop bien fait et qu’il faut nettoyer des locaux moins souvent qu’auparavant », phrase entendue au CHS de Novillars.

    Le personnel est en souffrance, car il est amené à travailler toujours plus vite et parfois moins bien au détriment de la relation humaine avec le ou la patiente.

    Cet article de journal est symbolique de ce que devient la santé publique dans l’un des pays les plus riches du monde.

    C.R.