NPA Bourgogne Franche-Comté
  • Université de Dijon et autres luttes : La rentrée des mobilisations

    La reprise sous le signe de l’unité à l’Université
    Nous étions partis en vacances avec un sentiment amer, de division et d’incompréhension. La direction de l’Université avait profité des initiatives d’occupation de salle 202 et de blocus d’un bâtiment par les étudiant-e-s pour mener une opération de communication ignominieuse, inspirée de la propagande d’organisations d’extrême droite. Les syndicats des personnels, BIATSS et enseignants, avaient pris leurs distances avec un mouvement et des initiatives étudiantes, sans même chercher à comprendre ce qu’il s’était réellement passé.
    Les vacances ont été un moment intense de concertation et de dialogue pour reconstruire l’unité perdue. Malgré leurs congés, les étudiant-e-s mobilisé-e-s ont continué à réfléchir aux meilleures manières de faire grandir la lutte contre la loi Vidal et stopper les réformes destructrices des services publics de l’enseignement supérieur. Après une rencontre avec des personnels syndiqués, une AG collective a vu le jour le jeudi de la rentrée, jeudi 26 avril. Réunissant plus de 250 personnes sur l’esplanade Erasme, elle a été un moment d’échange et d’explication sur les tenants et aboutissants des réformes en cours. Elle a permis de clarifier les revendications soutenues par tou.te.s ensemble, étudiant.e.s, enseignant.e.s et personnels de l’UB. Une motion a été votée. Elle appelle : - à l’abrogation de la loi ORE, du Plan étudiant et du dispositif Parcoursup qui instaurent une sélection sociale inadmissible à l’Université ; - à une augmentation des moyens matériels et humains pour un travail et des études dans de bonnes condition à l’Université ; - à une résistance généralisée de personnels contre le classement des dossiers, pour empêcher le fonctionnement des commissions chargées de la mise en place du tri et de l’exclusion.
    Un cortège collectif à la manifestation du 1er mai
    L’élargissement de la mobilisation aux personnels a pu donner un second souffle au mouvement autour des étudiant.e.s mobilisé.e.s qui ont dès la rentrée négocié avec l’administration l’occupation d’une salle à la journée dans le bâtiment droit lettre. Lors de l’AG, une participation des étudiant.e.s et personnels réuni.e.s à la manifestation du 1er mai a également été votée.
    Ainsi, la manifestation traditionnelle du 1er mai a été marquée par la convergence des luttes. Les étudiant.e.s ont trouvé leur place en tête du cortège, suivi par les syndicats de salarié.e.s et des organisations et associations, dont le NPA21. Avec 1500 personnes, au bas mot, la manifestation a rassemblé un nombre important de participant.e.s pour un premier mai en ce printemps riche en luttes nombreuses contre les violentes attaques antisociales de Macron. Les étudiant.e.s et les camarades du NPA ont apporté un peu de diversité dans le ronron habituel de la fête des travailleurs. Des slogans fédérateurs ont scandé le parcours de la place Wilson à la place de la République : « Lycéens, Etudiants, Public, Privé, Chômeurs et Salariés, c’est ensemble qu’il faut lutter, c’est ensemble qu’on peut gagner. ». Fort de ce succès, nous avançons de plus belle dans nos mobilisations collectives de défenses des services publics et des droits de toutes et tous.